Divisions dues notamment à des clivages politiques non avoués et ce malgré le caractère soi-disant apolitique de la franc-maçonnerie …

Roger Dachez franc-maçonnerieRoger Dachez franc-maçonnerie

Mais ces divisions ne s’arrêtent pas là : reste en effet le problème délicat et éminemment actuel de l’initiation des femmes, comme nous le rappelle Catherine Jeannin-Naltet (représentante de la Grande Loge Féminine Française), qui s’indigne dans ce débat d’être traitée "d’irrégulière" par le nouveau Grand-Maître de la Grande Loge Nationale Française (GLNF), Bruno Pinchard, pourtant en délicatesse par rapport à sa régularité anglaise, comme il le reconnait d’ailleurs avec beaucoup d’humilité…

Alors la franc-maçonnerie française, faute d’être unie, est-elle pour autant en péril ? On pourrait s’en inquiéter avec la multiplication actuelle des obédiences qui poussent comme des champignons et qui s’excommunient mutuellement en se livrant parfois à des guerres fratricides.

Roger Dachez franc-maçonneriefranc-maçonnerie Roger Dachez

Mais comme nous le rappelle Roger Dachez (dont les analyses sont toujours aussi lucides et clairvoyantes) : la véritable unité de la Franc-maçonnerie repose avant tout sur un bien commun : celui de l’identité des symboles d’abord, et ensuite sur des filiations historiques incontestables.

Un débat brillant, de haute tenue, très éloigné des marronniers habituels que nous donne en pâture de la presse généraliste, distractive et superficielle, et que nous vous invitons à savourer comme il convient…