Le terme "ésotérique", étymologiquement "intérieur", fait référence a un type particulier de connaissance, cachée, qui fait opposition à un autre dit "exotérique", donc "extérieur", accessible à tous. De là, l'importance de l'initiation pour la transmission du savoir ésotérique qui mènera l'apprenti à assimiler, par progression, les connaissances d'un ordre supérieur. Mais les choses sont-elles aussi simples?
La franc-maçonnerie peut-elle se définir comme dépositaire d'un savoir ésotérique? Et est-elle réellement un ordre initiatique?
Dans ce premier volet, trois sensibilités différentes, celles d’Alain Pozarnik, Jean-François Var et Jean Clergue-Vila, vont développer la signification d'ésotérisme. Alain Pozarnik revendique le caractère transparent de cet ordre fraternel, qui, pour lui, n'a rien de caché, de secret : "tout être en quête de connaissance peut progresser sur le chemin proposé par la franc-maçonnerie". Jean-François Var met l'accent, lui, sur la force du groupe, la synergie du collectif "permettant un jaillissement et une progression plus rapide sur un chemin qui reste de toute façon infini". Jean Clergue-Vila, souligne l'importance des trois éléments : la géométrie, le sacré et la gnose (connaissance cachée). Ces trois éléments subsistent-ils encore au sein de cette fraternité ?
Quand on évoque le terme d’ésotérisme, notamment dans les milieux maçonniques, on fait souvent référence aux travaux que René Guénon a publiés à ce sujet. Une oeuvre monumentale, difficile à appréhender, parfois dogmatique, mais qui a le mérite d'avoir introduit dans ces milieux des notions très importantes comme celle de science sacrée. Quels sont les éléments fondamentaux selon René Guénon pour qu'on puisse parler d'initiation? La franc-maçonnerie est-elle authentiquement initiatique? Est-elle intrinsèquement ésotérique ?
asse_TR22_franc_maconnerie_1asse_TR22_franc_maconnerie_2
Dans le second volet de cette table ronde, nos invités vont retracer, d'un point de vue historique, les origines de
la franc-maçonnerie et la transition d'une maçonnerie d'abord opérative, et devenant par la suite spéculative. A quel moment cette transition s'est-elle produite, et dans quels pays? Comment les différents rites se sont-ils développés et quelles sont leurs différences ? Pour quelles raisons le rite écossais ancien et accepté (REAA) connait-il un tel engouement?
asse_TR22_franc_maconnerie_3asse_TR22_franc_maconnerie_4
Dans ce rituel, la franc-maçonnerie qu’on y pratique est-elle ésotérique? "Elle est ésotérique dans le sens où elle lève le voile sur ce que nous sommes, et nous donne les éléments pour la connaissance de nous-même", nous dit Alain Pozarnik. Entrer en soi, « entrer dans son propre cabinet de reflexion», tel est le début du chemin pour se connaitre d’abord soi, puis comprendre le monde qui vous environne pour ensuite pouvoir y agir.
asse_TR22_franc_maconnerie_5asse_TR22_franc_maconnerie_6
A ce besoin d'introspection, de réalisation de soi, Jean François Var et Jean Clergue-Vila nous rappellent la nécessité d'un enseignement de nature ontologique qui permet à l'homme non seulement de découvrir ses limites mais aussi de retrouver son origine divine. Au "Homme, connais-toi toi-même" de la devise delphique ils nous rappellent le reste de la phrase, trop souvent oublié (égotisme ?) : "et tu découvriras l'Univers et les Dieux"…

Une table ronde de 2 x 40 min animée par Georges Asseh, directeur de la rédaction de la revue Les Cahiers Verts.