Menu
banniere03.jpg

Lundi dernier

De la fusion froide aux transmutations biologiques. Dialogue entre un physicien et un alchimiste

De la fusion froide aux transmutations biologiques. Dialogue entre un physicien et un alchimiste

 
29 juin 2015

La notion de fusion froide (1956) désigne des réactions nucléaires "à pression et température ambiante"… Tout comme la mémoire de l’eau ou l’homéopathie, la fusion froide divise, encore aujourd’hui, la communauté scientifique et notamment les tenants de son orthodoxie la plus dure. Pourtant, ses implications pourraient être immenses : biologie, énergie, astrophysique, et alchimie… Depuis les années 1990 de nombreux chercheurs français se sont penchés sur cette question, avec succès.


Les religions ont-elles une conscience écologique… ?

Les religions ont-elles une conscience écologique… ?

 
29 juin 2015

La modernité techno-industrielle, si prédatrice et indifférente à l’égard du milieu naturel, se retrouve aujourd’hui au banc des accusés, au même titre que la plupart des religions qui auraient longtemps cautionné ses pratiques dévastatrices en conférant à l’homme un rôle dominateur. Aujourd’hui, face à l’ampleur de la crise, un mouvement se fait jour qui révèle un renouvellement profond de la “théologie de la nature”, notamment dans les religions monothéistes. Un événement qu’un Martin Heidegger avait annoncé en affirmant qu’à l’âge de la technoscience, “seul un Dieu peut nous sauver”. 


Top 3

La roue de la vie: méditation sur le zodiaque

 
24 juin 2015

La roue de la vie: méditation sur le zodiaque

Pour Irène Andrieu : les projets essentiels de notre vie se trouvent inscrits de naissance dans notre thème astral. Nous ne créons rien. Notre thème représente l’héritage de nos multiples tendances latentes issues de nos existences antérieures. Ces instants fugitifs sont cristallisés dans des formes de notre Conscience éternelle. Ils nous imprègnent et déforment notre perception de la réalité quotidienne.


Rudolph Steiner : vers une alimentation sacrée

 
15 juin 2015

Rudolph Steiner : vers une alimentation sacrée

Le nombre d’études portant sur la qualité des aliments qui constituent notre alimentation quotidienne ne cesse de nous avertir sur sa pauvreté… et même sa dangerosité, notamment la prolifération des additifs qui perturbent notre métabolisme et dont le mélange (l’effet "cocktail") crée des répercussions sur notre organisme qui n’ont pas encore été étudiées. Autrement dit, depuis le productivisme outrancier qui suivit la seconde guerre mondiale, nous sommes des cobayes à ciel (tombeau ?) ouvert. A la différence près, c’est que les cobayes de laboratoire ignorent généralement tout de l’expérience dont ils sont l’objet. Or nous, nous en sommes informés ! 


Orphée, l’Amour plus fort que la mort

 
8 juin 2015

Orphée, l’Amour plus fort que la mort

Vous connaissez certainement l’expression "Je n’ai pas voulu faire de bruit, car le bruit ne fait pas de bien, et le bien ne fait pas de bruit…."*. Ce bruit étourdissant dont la société actuelle nous envahit et nous éloigne imperceptiblement de toute quête de sens véritable en nous écartant du "Principe". Un Principe que l’on peut nommer différemment – par exemple Logos ou Tao - et qui demeure un vecteur de sens, d’unité, à la fois individuel, collectif et universel, donc de tout temps éternel. Justement, Orphée, lui-aussi, déteste le bruit ! C’est d’ailleurs ce qui le tuera et le démembrera.


Nous devons à Corinne Sombrun une série très intéressante d’ouvrages sur le chamanisme : Journal d’une apprentie chamane qui relate sa rencontre avec un chamanisme amazonien, Mon initiation chez les chamanes et Les tribulations d’une chamane à Paris qui rendent compte de sa découverte d’un chamanisme mongol.

Dans Sur les pas de Geronimo, elle raconte sa rencontre avec Harlyn Geronimo, petit fils du héros de la résistance Apache.
D’autre part, elle a permis l’adoption d’un protocole de recherche sur la transe chamanique mongole en collaboration avec des chercheurs en neuro-sciences nord-américains et français.
Ce nouveau livre est une étape de plus dans son cheminement chamanique et dans une aventure spirituelle bouleversante qu’elle souhaite faire partager à tous ceux qui demeurent à l’écoute de leur propre nature.
Corinne Sombrun nous parle cette fois d’un peuple en voie de disparition, le « peuple des rennes », l’ethnie mongole nomade des Tsataans, sédentarisée par force en 1957 et qui n’a retrouvé ses rennes qu’avec le retrait des troupes de l’ex-URSS.
Enseignée par Enkhetuya, une chamane de cette ethnie, Corinne Sombrun va accéder à la culture de ce peuple, à ses traditions, adopter son mode de vie pour mieux témoigner d’un art de vivre et d’une sagesse de la nature que la modernité mondialisée veut lui arracher. Elle restitue le parcours chaotique du « peuple des rennes » depuis la date fatidique de 1957 à travers la vie d’Enkhetuya.
C’est toute la problématique entre tradition et modernité qui est mise en scène, non sans violence et cruauté, dans cette histoire. Loin des concepts creux des universitaires ou intellectuels qui se sont emparés de cette problématique sans jamais avoir dormi une fois à la belle étoile, Corinne Sombrun demeure au plus près des corps, là où les esprits se manifestent, pour nous faire pénétrer dans les arcanes de mondes autres où les temps se replient et se déplient selon un autre mode que notre temps linéaire, où l’être est intime avec la nature, s’en nourrit autant qu’il la nourrit. En clair-obscur, c’est aussi notre propre mode de vie qui est interrogé, sa toxicité qui est mise en évidence.
Rites et cérémonies gardent l’ordre du monde. Face à un monde défait, qui exclut et sépare là où la tradition inclut et rassemble, Enkhetuya devra mettre en œuvre les puissances anciennes qui l’habitent sous de nouvelles modalités répondant aux « normes » de la modernité, de l’ogre du marché et de la science.
Ce livre très vivant, très instructif, porteur d’une beauté certaine, qui nous invite à réfléchir sur nous-mêmes et nos « œuvres », laisse cependant une trace d’espoir, certes mince, de voir cet héritage de tradition et d’amour perdurer.

 


Editions Albin Michel, 22 rue Huyghens, 75014 Paris.
www.albin michel.fr

Source: la Lettre du Crocodile