Menu
banniere03.jpg

Lundi dernier

Trouver Orphée dans un thème de naissance

Trouver Orphée dans un thème de naissance

 
6 juillet 2015

"Toutes les personnes natives du signe de la Balance ne sont pas systématiquement orphiques et réciproquement, tous les orphiques ne sont pas Balance!" nous-dit Luc Bigé. Retrouver la signature d’un mythe dans son thème de naissance ne vous donne pas des conseils de vie "tout tracé". Non, d’une manière plus subtile, et beaucoup plus souple, cette illustre figure tutélaire vous indiquera surtout les pièges à éviter. En ce sens, l’enseignement des mythes ne constitue pas un énième codex moral étroit et forcément daté. 


De la fusion froide aux transmutations biologiques. Dialogue entre un physicien et un alchimiste

De la fusion froide aux transmutations biologiques. Dialogue entre un physicien et un alchimiste

 
29 juin 2015

La notion de fusion froide (1956) désigne des réactions nucléaires "à pression et température ambiante"… Tout comme la mémoire de l’eau ou l’homéopathie, la fusion froide divise, encore aujourd’hui, la communauté scientifique et notamment les tenants de son orthodoxie la plus dure. Pourtant, ses implications pourraient être immenses : biologie, énergie, astrophysique, et alchimie… Depuis les années 1990 de nombreux chercheurs français se sont penchés sur cette question, avec succès.


Top 3

La roue de la vie: méditation sur le zodiaque

 
24 juin 2015

La roue de la vie: méditation sur le zodiaque

Pour Irène Andrieu : les projets essentiels de notre vie se trouvent inscrits de naissance dans notre thème astral. Nous ne créons rien. Notre thème représente l’héritage de nos multiples tendances latentes issues de nos existences antérieures. Ces instants fugitifs sont cristallisés dans des formes de notre Conscience éternelle. Ils nous imprègnent et déforment notre perception de la réalité quotidienne.


Rudolph Steiner : vers une alimentation sacrée

 
15 juin 2015

Rudolph Steiner : vers une alimentation sacrée

Le nombre d’études portant sur la qualité des aliments qui constituent notre alimentation quotidienne ne cesse de nous avertir sur sa pauvreté… et même sa dangerosité, notamment la prolifération des additifs qui perturbent notre métabolisme et dont le mélange (l’effet "cocktail") crée des répercussions sur notre organisme qui n’ont pas encore été étudiées. Autrement dit, depuis le productivisme outrancier qui suivit la seconde guerre mondiale, nous sommes des cobayes à ciel (tombeau ?) ouvert. A la différence près, c’est que les cobayes de laboratoire ignorent généralement tout de l’expérience dont ils sont l’objet. Or nous, nous en sommes informés ! 


Les neuf voiles, nœuds de l'âme, dans l’Ennéagramme

 
25 mai 2015

Les neuf voiles, nœuds de l

Beaucoup s'engagent dans une voie religieuse, un chemin spirituel, en espérant y trouver une réponse à leurs souffrances, mais après quelques années nombreux sont ceux qui constatent que, malgré leur cheminement, demeurent des blocages, des souffrances, des peurs qui continuent de les emprisonner.


En rassemblant les œuvres de Raymond Aron en un volume Quarto, Gallimard met à la disposition du lecteur une œuvre majeure de philosophie politique et d’éthique intellectuelle.

Les travaux de Raymond Aron, nés d’une pensée étonnamment lucide et précoce, constituent une référence indispensable pour peser sur les enjeux actuels. Lui qui a toujours refusé de réduire la politique à l’économique qui a lutté pour affirmer la primauté du politique et de la liberté a laissé dans ses écrits un héritage que les générations actuelles et futures ne peuvent ignorer.
    Voici un extrait de la préface de Nicolas Baverez qui constitue une bonne indication des les forces de cette pensée :
    « Au positivisme kantien, Aron oppose le relativisme qui entoure l’action et le savoir des hommes ; au pacifisme alinien, le caractère tragique de l’histoire ; au mysticisme de Simone Weill ou de Malraux comme à la théologie terroriste de Sartre le travail méthodique de la raison critique et la réforme patiente des institutions et des sociétés démocratiques. Face aux idéologies du XXème siècle qui mêlèrent la foi et la terreur, l’utopie et l’exaltation de la révolte, il est resté fidèle à la position de l’engagement critique, dont les fondements théoriques avaient été définis dans sa thèse. Aux différentes doctrines qui se réclament d’un sens ou de la fin de l’histoire, Aron oppose l’idée d’un pouvoir citoyen. La défense de la liberté et la pérennité de la démocratie ne sont jamais acquises, mais assumées par les citoyens à partir d’une histoire et d’une culture qui façonnent les mœurs politiques d’une part, des institutions dont ils se dotent d’autre part.
    Il en découle l’autonomie du politique par rapport aux structures économiques et sociales ou aux mutations techniques. Il en découle également une dissociation entre l’univers du pouvoir et celui de la connaissance, la recherche de la vérité et l’art du gouvernement des hommes. La liberté politique ne peut s’installer durablement sans référence à un idéal de vertu et de vérité. Le pluralisme politique est indissociable de la reconnaissance du caractère limité de la raison, inachevé des connaissances, partagé et modéré du pouvoir.
    Le cosmopolitisme d’Aron, l’un des très rares intellectuels français à avoir exercé une véritable influence internationale – des Etats-Unis aux sociétés de l’empire soviétique – s’ancre dans l’espoir d’une vocation commune de l’humanité et de l’existence d’une raison qui transcende la diversité des systèmes politiques, des cultures, des civilisations et des religions : « Comment pourrait-on imaginer, au-delà des déchirements, les uns hérités des siècles, les autres créés par une fausse prétention à l’universalité, un ordre à la fois pacifique et englobant ? L’humanité se plierait de bon gré aux exigences d’une administration rationnelle, les problèmes qui affectent l’espèce tout entière seraient traités par les représentants de l’humanité (pollution de l’atmosphère, sauvegarde des ressources naturelles, limitation du nombre). L’humanité pacifique demeurerait hétérogène, mais les cultures se dissocieraient des volontés de puissance étatiques, elles deviendraient comme les religions des affaires privées. Les souverainetés étatiques se soumettraient à des lois, les inégalités de développement ne nourriraient plus les ressentiments […]. L’Histoire, telle qu’elle se déroule depuis quelques milliers d’années, prendrait fin. Elle n’a pas encore pris fin. »