Menu
banniere02.jpg

Lundi dernier

Retrouver l

Retrouver l'unité primordiale par la spagyrie

 
31 août 2015

La spagythérapie, à savoir "la thérapie par l’alchimie des plantes", qu’est- ce que cela ? Un n-ième nouveau concept "révolutionnaire" sorti des USA et s’adressant donc tout autant à notre psychisme qu’à notre portefeuille ? Non. Premièrement l’invitation de la spagirie (alchimie des plantes) est une démarche hautement spirituelle qui dans l’ancien temps était réservée à une élite sacerdotale, donc rien de psychologique là-dedans. Secundo, elle est gratuite puisqu’il n’y a qu’à se baisser pour la ramasser : Dame Nature nous offre une prodigieuse variété de plantes dont nous n’avons qu’à connaitre les vertus.


Les aspects planétaires d’expansion (bleus)

Les aspects planétaires d’expansion (bleus)

 
24 août 2015

Dans ce second volet consacré aux aspects astrologiques, Luc Bigé poursuit son exploration sur la division par trois du zodiaque : le trigone (120°), le sextile (60°) et le demi-sextile (30°), ce dernier aspect occupant le même espace qu’un signe du zodiaque. Préalablement, nous avions abordé la dynamique de la division par Deux. Un Deux générateur de tension et de dualité…. "Paradoxalement cette dualité première est nécessaire, nous dit Luc-Bigé, car si dans un premier temps ce Deux donne le sentiment d’une opposition, d’une coupure; dans un second temps cette coupure s’estompe et engendre un effort de comparaison, un effet de yo-yo entre ces deux pôles. Et par cet effet yo-yo, on prend conscience dans un troisième temps de ce qui se passe réellement".


Top 3

Le féminin/masculin dans les traditions préchrétiennes

 
24 août 2015

Le féminin/masculin dans les traditions préchrétiennes

La femme n'a pas toujours été considérée comme un sous-homme, soumise et dépendante ! Elle n'a pas toujours été, non plus, considérée comme le seul reflet changeant de la lune…. A l'heure du XXIe siècle où se posent tant de questions sur le genre et la nature du féminin, un échange sur la condition de la femme dans la société celtique traditionnelle nous apparaissait comme important et nécessaire. A travers l’évocation de cet "ancien temps", et la compréhension de la survivance d’archétypes, de mythes fondateurs ou de particularités aussi lumineuses que sombres apporte sans doute à nos contemporains une clef de lecture nouvelle et indispensable.


Vézelay, haut-lieu spirituel et initiatique

 
27 juillet 2015

Vézelay, haut-lieu spirituel et initiatique

Depuis trois siècles, l’homme occidental accompagné de son obscure amante nommée "scientisme" semble avoir occulté une composante essentielle de son être profond : la dimension verticale. Une dimension qui l’incite à s’ouvrir à des plans subtils, difficilement exprimables, et que nos anciens nommaient "sacrés". Or en Bourgogne, au fin fond de l’Yonne, subsiste un haut-lieu "historique", "spirituel", ou "énergétique" selon les mots que chacun voudra employer : Vézelay. Il y a quatre mille ans déjà, les druides vénéraient les bulles d’hélium qui s’échappaient des résurgences d‘eaux salines, et de nos jours encore, plus d’un million de visiteurs se rendent annuellement sur cette colline appelée, est-ce un hasard, le "mont scorpion".


Niveaux de conscience et ovnis

 
13 juillet 2015

Niveaux de conscience et ovnis

Lorsqu’un archétype (cf. l’inconscient collectif de Carl Gustav Jung) "descend" dans la matière, c’est-à-dire qu’il se corporise et devient tangible, cette manifestation se drape d’une forme, d’une couleur qui dépend étroitement du contexte culturel où "il lui a été donné" d’atterrir. D’où une interprétation variable, plurielle même, sur un plan anthropomorphique, dont les origines seraient analogues à tout phénomène déclaré comme "inexpliqué"… comme les apparitions d’Ovnis.


Sous la direction avisée de Clément Rosereau, Le Miroir d’Isis qui vient de fêter ses dix ans poursuit son oeuvre de Tradition. 

Sommaire : Editorial CdL - Marsile Ficin et le chant orphique par C. de Laveleye - Y a-t-il quelque chose dans l’air? Par Eléonore d’Hooghvorst - Eloge de la légèreté par A. Charpentier - Lilith la rebelle de C. Van Gallebaert - De la foi parfaite selon saint Macaire par T. d’Oultremont - Quelques commentaires taoïstes selon Léon Wieger par C. Rosereau - Le dehors et le dedans de C. Rosereau -La doctrine des Pères de la tradition (6) par C. Froidebise - Le Cosmopolite à la lumière du Message Retrouvé par C. Rosereau - Coups de coeur du Miroir d’Isis : J. Kelen et A. Lepage par C. de Laveleye - Dessins inédits de Louis Cattiaux – Etc.
Nous reprenons ici quelques extraits de l’excellent et très complet travail de Claude Van Gallebaert consacré à Lilith :
« Lilith est souvent représentée sous la forme d’une femme-serpent, au corps couvert d’écailles. Parfois elle est assimilée au serpent de la Genèse, qui est aussi le serpent de l’Initiation et de la Connaissance. Lilith, l'« esprit rebelle », figure donc le modèle de l’Initiatrice, du serpent tellurique et aussi de la Grande Déesse Mère telle qu’elle fut adorée dans l’Egypte ancienne ou dans la religion minoenne, en Crète, jusqu’en 1500 avant J-C.
C’est d’ailleurs, on l’a vu, Bélial qui la surnomme « Celle qui savait », donc l’Initiatrice, celle qui a la Connaissance, la Gnose. Or Bélial est pour l’Eglise chrétienne le souvenir des cultes de l’Antiquité. On voit l’équation : Connaissance, Initiation, Gnose = Serpent, Bélial, Lilith (les forces démoniaques). (…)
Lilith représente les ténèbres, l’obscurité, le noir, la Lune, est entourée du même mystère que les Vierges Noires du Moyen Âge, qu’Isis, Kali, Sarah la noire ou Marie l’Egyptienne. Leurs lieux de cultes étaient d’ailleurs souvent établis sur l’emplacement d’anciens sites initiatiques : nous retrouvons là le lien qui unit les anciennes déesses de vie, de mort et de fécondité aux puissantes énergies associées aux forces telluriques, et donc à des cultes bien antérieurs au christianisme.
Sous un angle plus symbolique, ces personnages ou ces divinités sont les hiérophantes d’une science secrète. Le noir n’est-il pas la première couleur du Grand-Œuvre alchimique, représentant la phase de séparation et de dissolution de la matière ? Pour les alchimistes, ceci constitue une partie très délicate du Grand Œuvre : elle symbolise, entre autres, les épreuves de l’esprit se libérant des préjugés. »


Le Miroir d’Isis,
Clément Rosereau,
54 bis rue d’Angleterre,
F-59870 Marchiennes, France.

 

Source: La Lettre du Crocodile