Menu
banniere.jpg

Lundi dernier

Pluton : la puissance de métamorphose

Pluton : la puissance de métamorphose

 
18 mai 2015

"Pluton est une énergie qui descend en vous et qui fait ce qu’elle a à faire, en dehors de tout contrôle et de toute sentimentalité : elle détruit les formes qui ont fait leur temps pour que la vie continue!" nous-dit Luc Bigé…. Cette fonction de prédateur-nettoyeur, garant de la survie de tout écosystème, cette puissance de métamorphose tant individuelle que collective, se démarque frontalement de sa grande sœur, "Neptune la diffuse", celle qui sans doute trop embrasse et donc peut-être mal étreint. Au contraire, Pluton agit en mode hyper-centré et invite tout à chacun à délaisser cet horizon océanique, horizontal et manifesté, pour plonger dans l’inconnu des profondeurs abyssales….


Rendez-vous avec Pluton

Rendez-vous avec Pluton

 
18 mai 2015

Nous n’en avons pas fini avec Pluton : le dernier carré Uranus – Pluton a eu lieu en Mars 2015 et la sonde New Horizon, lancée de Cap Canaveral en 2006, passera au plus près de Pluton le 14 juillet 2015 pour le photographier….. Cette rencontre physique pourrait bien avoir des conséquences terrestres et symboliques: le Dieu des Enfers ne supporte pas d’être vu !


Top 3

Approche et pratique jungienne du mandala

 
11 mai 2015

Approche et pratique jungienne du mandala

Carl Gustav Jung, ce célèbre psychiatre suisse disciple de Sigmund Freud et père de l’inconscient collectif, disait du mandala qu’il constituait une "initiation pour l’homme moderne…". Si de nos jours, un certain "état d’esprit" marchand s’est emparé de cet outil en proposant pléthore de livres de coloriage tout juste bon pour distraire les enfants pendant les embouteillages: de quoi les mandalas, de par leur tradition millénaire, sont-ils les véritables vecteurs ? 


Mystique et incarnation

 
4 mai 2015

Mystique et incarnation

"Pour chaque souffrance, la grâce est là... ". Cette phrase, Carole Aliya la médita longuement notamment lors de son passage vers la trentaine : elle était alors confrontée à un terrible drame familial. Cette épreuve représenta un basculement, littéralement un séisme. Neptune-Poséidon (qui est la planète de la mystique) est non seulement le Dieu des océans, mais aussi celui des tremblements de terre : une période où tout tangue et où l’homme ne trouve aucun appui stable. Cette expérience, cette grâce, Carole la alors reçue. Elle lui a permis d’effectuer un dépassement d’elle-même, d’accepter ses souffrances, et d’expérimenter ce qu’elle nomme "un sentiment océanique d’amour".


Le code caché des miracles de Jésus

 
26 avril 2015

Le code caché des miracles de Jésus

La science moderne, en privilégiant systématiquement le "comment" du "pourquoi", s'est toujours focalisée sur les aspects visibles des objets de sa recherche, sans se soucier ni soupçonner l'existence d'informations cachées, invisibles ou détruites. Peut-on envisager de "re-susciter" cette information disparue ? Oui, répond aujourd'hui le physicien Nouredine Yahya-Bey, professeur à l'université de Tours. A chacune des actions, des miracles, de Jésus, son étude scientifique laisse entrevoir certaines constantes. Le décryptage de ces constantes révèle selon lui certains codes cachés "entre les lignes". 


Sous la direction avisée de Clément Rosereau, Le Miroir d’Isis qui vient de fêter ses dix ans poursuit son oeuvre de Tradition. 

Sommaire : Editorial CdL - Marsile Ficin et le chant orphique par C. de Laveleye - Y a-t-il quelque chose dans l’air? Par Eléonore d’Hooghvorst - Eloge de la légèreté par A. Charpentier - Lilith la rebelle de C. Van Gallebaert - De la foi parfaite selon saint Macaire par T. d’Oultremont - Quelques commentaires taoïstes selon Léon Wieger par C. Rosereau - Le dehors et le dedans de C. Rosereau -La doctrine des Pères de la tradition (6) par C. Froidebise - Le Cosmopolite à la lumière du Message Retrouvé par C. Rosereau - Coups de coeur du Miroir d’Isis : J. Kelen et A. Lepage par C. de Laveleye - Dessins inédits de Louis Cattiaux – Etc.
Nous reprenons ici quelques extraits de l’excellent et très complet travail de Claude Van Gallebaert consacré à Lilith :
« Lilith est souvent représentée sous la forme d’une femme-serpent, au corps couvert d’écailles. Parfois elle est assimilée au serpent de la Genèse, qui est aussi le serpent de l’Initiation et de la Connaissance. Lilith, l'« esprit rebelle », figure donc le modèle de l’Initiatrice, du serpent tellurique et aussi de la Grande Déesse Mère telle qu’elle fut adorée dans l’Egypte ancienne ou dans la religion minoenne, en Crète, jusqu’en 1500 avant J-C.
C’est d’ailleurs, on l’a vu, Bélial qui la surnomme « Celle qui savait », donc l’Initiatrice, celle qui a la Connaissance, la Gnose. Or Bélial est pour l’Eglise chrétienne le souvenir des cultes de l’Antiquité. On voit l’équation : Connaissance, Initiation, Gnose = Serpent, Bélial, Lilith (les forces démoniaques). (…)
Lilith représente les ténèbres, l’obscurité, le noir, la Lune, est entourée du même mystère que les Vierges Noires du Moyen Âge, qu’Isis, Kali, Sarah la noire ou Marie l’Egyptienne. Leurs lieux de cultes étaient d’ailleurs souvent établis sur l’emplacement d’anciens sites initiatiques : nous retrouvons là le lien qui unit les anciennes déesses de vie, de mort et de fécondité aux puissantes énergies associées aux forces telluriques, et donc à des cultes bien antérieurs au christianisme.
Sous un angle plus symbolique, ces personnages ou ces divinités sont les hiérophantes d’une science secrète. Le noir n’est-il pas la première couleur du Grand-Œuvre alchimique, représentant la phase de séparation et de dissolution de la matière ? Pour les alchimistes, ceci constitue une partie très délicate du Grand Œuvre : elle symbolise, entre autres, les épreuves de l’esprit se libérant des préjugés. »


Le Miroir d’Isis,
Clément Rosereau,
54 bis rue d’Angleterre,
F-59870 Marchiennes, France.

 

Source: La Lettre du Crocodile