1 1 1 1 1 1 1 1 1 1
Philosophie de l’initiation de Bruno Pinchard

Professeur de philosophie spécialisé dans l’histoire de la philosophie, élève, entre autres de Lévinas et Derrida, familier de Dante, Bruno Pinchard explore les rapports, amoureux ou tumultueux, entre philosophie et initiation à travers certains thèmes centraux de la Franc-maçonnerie : liberté de croyance, laïcité éclairée, fraternité élective et universalité réelle. Les thèmes retenus pourraient faire craindre une réduction de l’initiation à sa dimension sociétale, il n’en est rien. « Nous pouvons lire dans l’œuvre des grands philosophes, avertit Bruno Pinchard, comme la réfraction de l’initiation universelle, comme si nous pouvions déchiffrer sur la terre les races de quelque explosion stellaire. Mais la philosophie est précisément appelée à gouverner la terre, tandis que l’initiation appartient à des règnes plus intérieurs de la manifestation : l’initiation n’est jamais que la dévoration du soi par la nuit du monde.

Tout ennemi partial des « qualités occultes » qu’il était, Descartes lui-même était d’un rationalisme moins borné que ses émules scientistes lorsqu’il a défini l’attitude convenable pour le philosophe éveillé à l’illuminisme. (…)

Mais quant à l’initiation elle-même, elle appelle ses adeptes à la contempler en son centre et depuis son centre, et c’est pourquoi il n’y a pas de plus haut dessein parmi les âmes éveillées que de devenir Maître et de chercher avec d’autres Maîtres une parole perdue qui ne cesse de nous parler. »

Bruno Pinchard met l’externe au service de l’interne. La philosophie y concourt sans être suffisante mais quel apport précieux ! Ainsi des liens entre féminité et initiation.

« Dans tous les cas, confie-t-il, nous montrons que la différence sexuelle, la différence des genres de la sexuation, qu’ils soient donnés par la nature ou construits par les hommes, agit en profondeur dans l’approche initiatique et ne peut être séparée d’elle. L’homme ne s’accomplit que lorsqu’il approche de cette zone inconnue où il est homme et femme selon toutes les dimensions de son être. Tout homme porte en lui une féminité en demande d’accomplissement. C’est dire que la différence entre les sexes anime en profondeur un dessein initiatique qui a toujours l’androgyne pour horizon. »

La philosophie vient ainsi au service de voies opératives traditionnelles dont la Béatrice de Dante est un type, remarquable parmi d’autres. Et de poser la question « Qu’est-ce qu’une Béatrice pour un initié ? » avant de traiter de « L’amour des héros ».

Le voyage philosophique proposé par Bruno Pinchard se transforme pas à pas en un voyage initiatique, renaissance, immanence, transcendance… par lequel la dimension inévitablement poétique de la queste s’épanouit enfin.

« Je crois en effet, glisse Bruno Pinchard dans sa conclusion, que le sens du mythe en maçonnerie n’est pas à chercher dans les élaborations laborieuses des mythologues de profession, qui ont depuis longtemps cessé de croire à leurs mythes, mais plus directement chez les poètes : comme nous, ils éprouvent la portée de leurs mythes à coups de maillets, selon les contraintes du mètre et de la rime. Seule l’œuvre poétique porte le mythe à sa réalisation et le redonne à son histoire concrète. A suivre cette hypothèse, le maçon est alors un poète qui fait des vers avec ses pas et des chants avec ses gestes. Il fait des rites avec des mythes. Il est la vestale des sociétés démocratiques, il veille sur le feu de la cité et a juré qu’elle ne s’éteindra pas. » Dans la prolifération des ouvrages maçonniques, celui-ci mérite vraiment qu’on s’y attarde.