Menu
banniere.jpg

Lundi dernier

Sourcellerie et magnétiseurs

Sourcellerie et magnétiseurs

 
28 juillet 2014

Comment parvient-on à trouver des sources souterraines à l’aide de simples baguettes de cuivre ? Comment expliquer la guérison de certaines maladies à l’aide d’une simple imposition des mains ? Est-ce un don… ou tout simplement grâce à la présence de cristaux de magnétite dans notre corps ?
La réponse est peut-être de nature plus subtile comme nous l’expliquent ici Bernard Blancan, sourcier et auteur d’un livre sur la guérison, et Vincent Navizet, sourcier et magnétiseur professionnel.


Gilbert Durand / Henry Corbin : un pacte chevaleresque face au nihilisme

Gilbert Durand / Henry Corbin : un pacte chevaleresque face au nihilisme

 
14 juillet 2014

"Le pur Héros demeure le pourfendeur du dragon !" nous-rappelle Françoise Bonardel. Ainsi, au lendemain de la seconde guerre mondiale, guerre fratricide d’un vieil Occident, et période où tous les systèmes philosophiques étaient en faillite, quels sont les hommes qui se sont réellement relevés parmi ses ruines ? Pour Françoise Bonardel, la réponse n’est pas à chercher dans l’existentialisme ni dans le structuralisme,


Top 3

Agir en conscience : rencontre avec les champs de cohérence

 
21 juillet 2014

Agir en conscience : rencontre avec les champs de cohérence

Depuis une vingtaine d’années, le mot "quantique" s’emploie à tort et à travers, répété ad nauseam par les tenants de la société du spectacle où argent et travestissement sont rois. Pourtant, bien avant cette déferlante anglo-saxonne qui n’a pas épargné notre pays, certains scientifiques français tels que Louis Boutard (1880-1958) ou Jacques Ravatin (1935-2011) ont élaboré un rapport au Réel qui n’a rien à envier à la physique quantique: les champs de cohérence.


Philippe Guillemant et la Route du Temps

 
30 juin 2014

Philippe Guillemant et la Route du Temps

Le temps est-il réversible ou irréversible ? Autrement dit, un simple mortel peut-il, sous certaines conditions, modifier son futur, voire même agir sur son propre passé ? C’est le défi auquel nous invite ici Philippe Guillemant. L’homme, qui n’a rien d’un farfelu, a bien conscience de toucher là un gigantesque interdit de notre époque…


Vers une résurgence des églises gnostiques ?

 
22 juin 2014

Vers une résurgence des églises gnostiques ?

Paul Sanda et Jean Solis nous livrent un témoignage passionnant sur leur conversion à la pensée gnostique : le premier suite à sa rupture avec le milieu catholique culpabilisant dans lequel il a évolué, et le second suite à sa rupture avec un milieu familial athéiste et communiste.
Jean Solis nous explique que la philosophie gnostique est avant tout une démarche conduisant à la libération spirituelle.


Même si toutes les traditions rappellent que la réalisation, l’éveil, la reconnaissance, la réintégration, sont des expériences libres de toute règle et de tout protocole alors même que, partout dans le monde, des écoles s’emploient à créer les conditions de cette libération, il est rarement entendu que hors de toute spiritualité, organisée ou non, loin de tout guru ou école traditionnelle, une expérience spirituelle bouleversante puisse surgir au cœur même du quotidien.

Cette expérience, Yolande Duran-Serrano l’a contée dans son précédent livre, publié aussi chez Almora, Le silence guérit. En effet, l’ultime guérison est bien l’éveil. Ce nouveau livre évoque, davantage qu’il ne traite, la dimension amoureuse du silence. C’est sous la forme d’un dialogue avec Chantal Rémus, sous le signe de la rencontre spirituelle, que Yolande Duran-Serrano introduit le lecteur dans la poésie de l’éveil. 
Les modalités de l’absolu, de l’extase à la clarté, en passant par l’abandon, la confiance sans sujet ni objet, l’amour sans projection…, sont abordées par touches légères, comme un peintre traitant la lumière de sa toile par transparences superposées.
« La vie se charge de tout. Le corps est très intelligent, surtout si l’on est immergé dans cette consciente constante de l’éternité. On n’a plus besoin de craindre la mort. Même si le corps décidait de s’arrêter maintenant, on serait d’accord. On ne se défend plus de la mort, ni pour soi ni pour quelqu’un d’autre. Bien sûr, il est préférable de mourir avant la mort, d’une mort psychologique qui rend la personne libre de la mort. »
« Tout est donné, nous avons tous la capacité en nous de nous éveiller à l’Eternel présent. Il y a cependant deux chemins ou deux possibilités, ou deux accomplissements.
Ou bien on s’accomplit par un long, lent et dur travail qui est le travail de la compréhension : c’est ce qu’on appelle la voie progressive.
Ou bien, un beau jour, on découvre tout d’un coup, par la voie directe, sa nature profonde. C’est ce qu’on appelle l’éveil spontané, la voie directe. »
« Ce qui est su mais non constant diffère de ce qui est su et constant. Cette Evidence Absolue donne forme à cette constance. Le Silence, on le vit tous mais lorsque l’on est dans cette constance, on peut voir l’expression qu’on est, ou plutôt qu’on n’est pas. Parfois, dans mon expérience, l’intensité est minime, pendant deux ou trois jours, elle ne s’exprime que sous une forme très banale mais l’évidence absolue demeure. C’est très subtil, mais c’est toujours là. »
« La compassion serait de ne plus exister en tant que tel, d’être juste là pour rien. On peut, bien sûr, éprouver du plaisir à être avec l’autre, quoi qu’il vive, de la même façon qu’on éprouve du plaisir à être seul. Lorsque cela s’exprime intensément, ce que vous voyez, c’est que tout est en vous. Vous êtes toute cette énergie qui passe par des corps différents mais qui part de cette Source une et infinie qui est la définition même de cet amour. »
Les paroles de Yolande Duran-Serrano empruntent les chemins buissonniers, cherchent les intervalles dans la continuité illusoire et conditionnée de la personne, invitent à « voir » l’évidence voilée dans l’apparence.

 

Editions Almora
51 rue Orfila, 75020 Paris, France.

Source: La Lettre du Crocodile