Menu
banniere03.jpg

Lundi dernier

Le tir à l

Le tir à l'arc, forme animée de méditation

 
17 novembre 2014

Le tir à l’arc ne se réduit ni à une simple technique de chasse, ni à une ancienne pratique guerrière ! Gérard Depreux et Taïkan Jyoji, respectivement praticiens chevronnés de Kung Dao (tir à l’arc chinois) et de Kyodo (tir à l’arc japonais), vont justement nous sensibiliser aux subtiles arcanes de cette tradition asiatique multiséculaire. Tout d’abord, ils vont replacer leur art dans une perspective historique et religieuse. Taoïsme, Bouddhisme, Confucianisme et Shintoisme ont naturellement marqué ces pratiques et ces influences sont toujours prégnantes.


Sol Invictus : solstice d’été sur Carnac

Sol Invictus : solstice d’été sur Carnac

 

10 novembre 2014

Carnac, dans le Morbihan, fut certes réputée dans les années cinquante pour son casino et son centre de thalassothérapie. Mais il se trouve que six mille ans avant notre ère, à cet endroit, nos ancêtres ont érigé de nombreux monuments gigantesques (mégalithiques) : tumulus, dolmen et cercles de pierre. De nos jours, malgré notre haute technologie, on ne sait toujours pas répondre ni au "comment" ni au "pourquoi" de ces constructions. Comment : ces hommes sont-ils parvenus à réaliser des sanctuaires aussi gigantesques et des alignements astronomiques aussi précis ? Pourquoi : la finalité de ces construction était-elle religieuse ? Destinée au culte des morts ? La symbolique d’un panthéon céleste ? Pour des soins énergétiques (une thalasso avant l’heure ? ;-))…


Top 3

Le Soleil, symbole du Soi

 
10 novembre 2014

Le Soleil, symbole du Soi

A l’instar de l’expression "c’est dans la nuit que l’on voit le mieux les étoiles", dans toute quête spirituelle sérieuse : c’est dans l’obscurité qu’on y voit clair et c’est en touchant son ombre qu’on découvre d’où provient la lumière... Le Soleil, mot dont l’anagramme approximatif donne "le Soi" représente la plénitude, la pensée qui se suffit à elle-même, le charisme. De nombreux aphorismes initiatiques expriment l’idée qu’on s’en fait : "Deviens qui tu es", "Vas vers toi", "Tu es déjà ce que tu cherches". Paradoxalement, nous dit Luc Bigé, 


Folie et paranormal

 
3 novembre 2014

Folie et paranormal

Entre 30% et 50% de la population mondiale pourrait vivre au moins une fois dans sa vie ce que l’on appelle une "expérience exceptionnelle". Derrière cette terminologie quelque peu sensationnelle dont notre site se montre volontairement avare (et qui parait même contradictoire, si la moitié de la population peut vivre ces expériences en quoi sont-elles donc exceptionnelles*…) se regroupe un grand nombre de phénomènes qualifiés de "paranormaux" selon un baromètre qu’une société, une civilisation donnée établit. On y retrouve ainsi pêle-mêle les rêves prémonitoires, les sorties du corps, 


De l’alchimie végétale

 
27 octobre 2014

De l’alchimie végétale

Nous poursuivons ici notre investigation qui débuta lors du premier reportage sur l’intelligence végétale (avec Stéphane Douady du CNRS). Ce second volet nous place en présence d’un alchimiste réputé: Patrick Rivière et d’un distillateur passionné, Matthieu Frécon. Deux "opératifs" qui ont accepté d’évoquer leur approche du monde végétal, mais aussi leur travail concret, face à l’athanor ou à l’alambic….


Même si toutes les traditions rappellent que la réalisation, l’éveil, la reconnaissance, la réintégration, sont des expériences libres de toute règle et de tout protocole alors même que, partout dans le monde, des écoles s’emploient à créer les conditions de cette libération, il est rarement entendu que hors de toute spiritualité, organisée ou non, loin de tout guru ou école traditionnelle, une expérience spirituelle bouleversante puisse surgir au cœur même du quotidien.

Cette expérience, Yolande Duran-Serrano l’a contée dans son précédent livre, publié aussi chez Almora, Le silence guérit. En effet, l’ultime guérison est bien l’éveil. Ce nouveau livre évoque, davantage qu’il ne traite, la dimension amoureuse du silence. C’est sous la forme d’un dialogue avec Chantal Rémus, sous le signe de la rencontre spirituelle, que Yolande Duran-Serrano introduit le lecteur dans la poésie de l’éveil. 
Les modalités de l’absolu, de l’extase à la clarté, en passant par l’abandon, la confiance sans sujet ni objet, l’amour sans projection…, sont abordées par touches légères, comme un peintre traitant la lumière de sa toile par transparences superposées.
« La vie se charge de tout. Le corps est très intelligent, surtout si l’on est immergé dans cette consciente constante de l’éternité. On n’a plus besoin de craindre la mort. Même si le corps décidait de s’arrêter maintenant, on serait d’accord. On ne se défend plus de la mort, ni pour soi ni pour quelqu’un d’autre. Bien sûr, il est préférable de mourir avant la mort, d’une mort psychologique qui rend la personne libre de la mort. »
« Tout est donné, nous avons tous la capacité en nous de nous éveiller à l’Eternel présent. Il y a cependant deux chemins ou deux possibilités, ou deux accomplissements.
Ou bien on s’accomplit par un long, lent et dur travail qui est le travail de la compréhension : c’est ce qu’on appelle la voie progressive.
Ou bien, un beau jour, on découvre tout d’un coup, par la voie directe, sa nature profonde. C’est ce qu’on appelle l’éveil spontané, la voie directe. »
« Ce qui est su mais non constant diffère de ce qui est su et constant. Cette Evidence Absolue donne forme à cette constance. Le Silence, on le vit tous mais lorsque l’on est dans cette constance, on peut voir l’expression qu’on est, ou plutôt qu’on n’est pas. Parfois, dans mon expérience, l’intensité est minime, pendant deux ou trois jours, elle ne s’exprime que sous une forme très banale mais l’évidence absolue demeure. C’est très subtil, mais c’est toujours là. »
« La compassion serait de ne plus exister en tant que tel, d’être juste là pour rien. On peut, bien sûr, éprouver du plaisir à être avec l’autre, quoi qu’il vive, de la même façon qu’on éprouve du plaisir à être seul. Lorsque cela s’exprime intensément, ce que vous voyez, c’est que tout est en vous. Vous êtes toute cette énergie qui passe par des corps différents mais qui part de cette Source une et infinie qui est la définition même de cet amour. »
Les paroles de Yolande Duran-Serrano empruntent les chemins buissonniers, cherchent les intervalles dans la continuité illusoire et conditionnée de la personne, invitent à « voir » l’évidence voilée dans l’apparence.

 

Editions Almora
51 rue Orfila, 75020 Paris, France.

Source: La Lettre du Crocodile