Menu
banniere01.jpg

Lundi dernier

Les neuf voiles, nœuds de l

Les neuf voiles, nœuds de l'âme, dans l’Ennéagramme

 
25 mai 2015

Beaucoup s'engagent dans une voie religieuse, un chemin spirituel, en espérant y trouver une réponse à leurs souffrances, mais après quelques années nombreux sont ceux qui constatent que, malgré leur cheminement, demeurent des blocages, des souffrances, des peurs qui continuent de les emprisonner.


L’Egypte et les courants occultistes

L’Egypte et les courants occultistes

 
25 mai 2015

A l’occasion de la sortie du Livre des Égyptes, dirigé par Florence Quentin (Bouquins Laffont, 2015), nous abordons dans ce premier volet la réception, l’interprétation et l’influence que les découvertes de Champollion, notamment les hiéroglyphes, vers 1822, eurent sur les différents courants occultistes. Des courants alors émergents qui s’emparèrent les premiers de toutes ces découvertes….. Le mot "occultisme" n’existait pas avant cette période d’ailleurs!


Top 3

Pluton : la puissance de métamorphose

 
18 mai 2015

Pluton : la puissance de métamorphose

"Pluton est une énergie qui descend en vous et qui fait ce qu’elle a à faire, en dehors de tout contrôle et de toute sentimentalité : elle détruit les formes qui ont fait leur temps pour que la vie continue!" nous-dit Luc Bigé…. Cette fonction de prédateur-nettoyeur, garant de la survie de tout écosystème, cette puissance de métamorphose tant individuelle que collective, se démarque frontalement de sa grande sœur, "Neptune la diffuse", celle qui sans doute trop embrasse et donc peut-être mal étreint. Au contraire, Pluton agit en mode hyper-centré et invite tout à chacun à délaisser cet horizon océanique, horizontal et manifesté, pour plonger dans l’inconnu des profondeurs abyssales….


Approche et pratique jungienne du mandala

 
11 mai 2015

Approche et pratique jungienne du mandala

Carl Gustav Jung, ce célèbre psychiatre suisse disciple de Sigmund Freud et père de l’inconscient collectif, disait du mandala qu’il constituait une "initiation pour l’homme moderne…". Si de nos jours, un certain "état d’esprit" marchand s’est emparé de cet outil en proposant pléthore de livres de coloriage tout juste bon pour distraire les enfants pendant les embouteillages: de quoi les mandalas, de par leur tradition millénaire, sont-ils les véritables vecteurs ? 


Mystique et incarnation

 
4 mai 2015

Mystique et incarnation

"Pour chaque souffrance, la grâce est là... ". Cette phrase, Carole Aliya la médita longuement notamment lors de son passage vers la trentaine : elle était alors confrontée à un terrible drame familial. Cette épreuve représenta un basculement, littéralement un séisme. Neptune-Poséidon (qui est la planète de la mystique) est non seulement le Dieu des océans, mais aussi celui des tremblements de terre : une période où tout tangue et où l’homme ne trouve aucun appui stable. Cette expérience, cette grâce, Carole la alors reçue. Elle lui a permis d’effectuer un dépassement d’elle-même, d’accepter ses souffrances, et d’expérimenter ce qu’elle nomme "un sentiment océanique d’amour".


Même si toutes les traditions rappellent que la réalisation, l’éveil, la reconnaissance, la réintégration, sont des expériences libres de toute règle et de tout protocole alors même que, partout dans le monde, des écoles s’emploient à créer les conditions de cette libération, il est rarement entendu que hors de toute spiritualité, organisée ou non, loin de tout guru ou école traditionnelle, une expérience spirituelle bouleversante puisse surgir au cœur même du quotidien.

Cette expérience, Yolande Duran-Serrano l’a contée dans son précédent livre, publié aussi chez Almora, Le silence guérit. En effet, l’ultime guérison est bien l’éveil. Ce nouveau livre évoque, davantage qu’il ne traite, la dimension amoureuse du silence. C’est sous la forme d’un dialogue avec Chantal Rémus, sous le signe de la rencontre spirituelle, que Yolande Duran-Serrano introduit le lecteur dans la poésie de l’éveil. 
Les modalités de l’absolu, de l’extase à la clarté, en passant par l’abandon, la confiance sans sujet ni objet, l’amour sans projection…, sont abordées par touches légères, comme un peintre traitant la lumière de sa toile par transparences superposées.
« La vie se charge de tout. Le corps est très intelligent, surtout si l’on est immergé dans cette consciente constante de l’éternité. On n’a plus besoin de craindre la mort. Même si le corps décidait de s’arrêter maintenant, on serait d’accord. On ne se défend plus de la mort, ni pour soi ni pour quelqu’un d’autre. Bien sûr, il est préférable de mourir avant la mort, d’une mort psychologique qui rend la personne libre de la mort. »
« Tout est donné, nous avons tous la capacité en nous de nous éveiller à l’Eternel présent. Il y a cependant deux chemins ou deux possibilités, ou deux accomplissements.
Ou bien on s’accomplit par un long, lent et dur travail qui est le travail de la compréhension : c’est ce qu’on appelle la voie progressive.
Ou bien, un beau jour, on découvre tout d’un coup, par la voie directe, sa nature profonde. C’est ce qu’on appelle l’éveil spontané, la voie directe. »
« Ce qui est su mais non constant diffère de ce qui est su et constant. Cette Evidence Absolue donne forme à cette constance. Le Silence, on le vit tous mais lorsque l’on est dans cette constance, on peut voir l’expression qu’on est, ou plutôt qu’on n’est pas. Parfois, dans mon expérience, l’intensité est minime, pendant deux ou trois jours, elle ne s’exprime que sous une forme très banale mais l’évidence absolue demeure. C’est très subtil, mais c’est toujours là. »
« La compassion serait de ne plus exister en tant que tel, d’être juste là pour rien. On peut, bien sûr, éprouver du plaisir à être avec l’autre, quoi qu’il vive, de la même façon qu’on éprouve du plaisir à être seul. Lorsque cela s’exprime intensément, ce que vous voyez, c’est que tout est en vous. Vous êtes toute cette énergie qui passe par des corps différents mais qui part de cette Source une et infinie qui est la définition même de cet amour. »
Les paroles de Yolande Duran-Serrano empruntent les chemins buissonniers, cherchent les intervalles dans la continuité illusoire et conditionnée de la personne, invitent à « voir » l’évidence voilée dans l’apparence.

 

Editions Almora
51 rue Orfila, 75020 Paris, France.

Source: La Lettre du Crocodile