Menu
banniere01.jpg
A+ A A-

D'Angèle de Foligno à Jean de la Croix

  • 33 mn
  • 82 Mo
  • Mystique
  • 1599 vues
 
9,90€

Résumé

Quel rapport mystérieux peut bien unir, par-delà les époques et les croyances, de fervents mystiques italiens des 13e et 16e siècles, et des poétesses surréalistes du 20e siècle ancrées dans un athéisme revendiqué ? Qu’est-ce qui rapproche le désir du désastre ? Quel est le lien entre érotisme et spiritualité ?
C’est ce que se propose de nous faire découvrir Michel Cazenave, en nous guidant dans le labyrinthe de la "Ténèbre Divine".

Lire la suite....

Quel rapport mystérieux peut bien unir, par-delà les époques et les croyances, de fervents mystiques italiens des 13e et 16e siècles, et des poétesses surréalistes du 20e siècle ancrées dans un athéisme revendiqué ? Qu’est-ce qui rapproche le désir du désastre ? Quel est le lien entre érotisme et spiritualité ?
C’est ce que se propose de nous faire découvrir Michel Cazenave, en nous guidant dans le labyrinthe de la "Ténèbre Divine".
Notre déroutant parcours commence au cœur de l’extase mystique, à la source de ce que l’on nomme théologie négative, selon laquelle ce qui définit Dieu est précisément ce qu’il n’est pas. De même, cette extase n’est rien moins qu’une rencontre de la transcendance divine, et encore une fois, ce qui la caractérise le plus souvent, c’est finalement l’impuissance à la communiquer, à la définir... Selon les mots d’Angèle de Foligno : "Ce que je ressens je ne peux le dire, de ce que je vois je ne voudrais partir, c’est pourquoi vivre est pour moi mourir".

caze_poetesses1caze_poetesses2
Une harmonique (inattendue ?)  de cette indicible volupté où la pensée échoue, où l’opposition se dissout, où s’unissent révélation et insaisissable, se fait entendre dans les voix de poétesses surréalistes, dont Michel Cazenave nous offre ici un florilège.  
On y retrouve notamment cette perception inversée de la vie et de la mort, comme en témoigne cette formule de Marianne van Hirtum : "Je ne comprends pas cet enthousiasme à la vie". Sentence extrême, qui ne se comprend dans son juste sens qu’à condition d’en découvrir la clef secrète.
Cette clef, égarée dans notre société moderne, est pourtant bien présente dans ses racines antiques. On la trouve chez Platon, fruit d’une intimité entre la folie et la philosophie dont notre époque a tout oublié.
Elle est ici ressuscitée par ces sensibilités essentiellement féminines, dont l’écho nous fait, littéralement, « dé-lirer » (sortir du sillon, des sentiers battus en somme), redécouvrir  l’origine et le sens véritable des mots qui disent le vertige, l’impensable, l’inexprimable. Ces voix atemporelles réinventent le désir, dépassent les limites du connu, ouvrant sur le bouleversement de ce "Rien de l’Amour Absolu [qui] est la mort de la mort". (Nora Mitrani)
Souhaitez-vous parcourir ce "chemin de traverse vers les poétesses surréalistes : d'Angèle de Foligno à Jean de la Croix en passant par Thérèse d'Avila ?" Suivez donc Michel Cazenave dans cette communication de 33 minutes enregistrée à l’université du Mirail (Toulouse) lors du colloque "Mystique, littérature et arts de la représentation du XIXème siècle à nos jours", organisé par Lydie Parisse.