Pour appuyer son propos, Luc Bigé fournit de nombreux exemples tirés des contes et démontre la continuité logique de leur déroulement, non dans la forme mais dans leur langage symbolique.

bige conte1bige conte2

La première phase est un état des lieux où un vieux sage donne un ordre (correspondant au Capricorne) ; puis vient la transgression où l’inconscient trouble de conscient (Verseau). Ensuite se manifeste le manque de discrimination (Poisson). La quatrième phase est celle du traumatisme du héros engendré par l’ennemi (Taureau). Arrive le moment crucial de l’acceptation, du renouvellement, d’une nouvelle fécondation vers un avenir qu’on ignore et de dépassement de soi (Gémeaux). Le but de la Quête est atteint (Cancer) : le manque est comblé. Le retour s’amorce, mais avec un nouveau moi (Lion), un état positif, une transformation spirituelle. La neuvième phase est celle de l’humilité du héros (Vierge) avant que le faux héros ne s’empare de la gloire du vrai (Balance). Ceci est éphémère car le niveau de conscience élargi du vrai héros lui permet d’accomplir de nouvelles épreuves (Scorpion) avant d’être reconnu comme tel (Sagittaire). Et le cycle de revenir au Capricorne où le héros est identifié au vieux sage du début du conte….

Luc Bigé va ainsi nous faire cheminer au long des signes pour témoigner de leur nécessité logique à la transfiguration de l’être. Et pour lui de conclure: « Notre vie est un conte de fée !».