Dans ce monde, en effet, la première identification de la conscience se rapporte au corps comme image de soi.

Un corps aux limites bien définies et visibles. Un corps-matière sans fondements métaphysiques. Un corps que la médecine occidentale a ouvert, disséqué, exploré dans tous ses recoins effaçant autant que possible toute dimension symbolique. « Je n’ai pas vu la fine pointe de l’âme sous mon scalpel » ironisaient les médecins du XXème siècle, siècle qui a pourtant connu l'essor des sciences humaines et de la psychanalyse….

Sommes-nous donc uniquement constitué de chair et d'os ou existe-t-il en chaque être humain une part subtile, insaisisable par la raison et la logique? C'est à cette question fondamentale que cette table ronde va tenter de répondre.

indianiste, Kiran Vyas Françoise Blanc professeur de Hatha Yoga Marie-Laure Colonna

Grâce aux interventions de Colette Poggi, indianiste, Kiran Vyas, spécialiste en Ayurveda, Françoise Blanc, professeur de Hatha Yoga et Marie-Laure Colonna, analyste jungienne, nous constaterons que même si notre culture demeure fondamentalement réfractaire à la dimension multidimensionnelle de l'être, d'autres traditions, indienne notamment, ont reconnu depuis des millénaires une hiérarchie des corps subtils.

Selon l'interprétation traditionnelle du yoga, par exemple, le corps humain n'est que l'expression matérielle d'un ensemble de corps qui correspond à différentes dimensions de conscience et à différents champs de résonance. Tous ne sont que des enveloppes qui s’emboitent les unes aux autres comme des poupées russes.

Notre corps physique est ainsi animé par une structure énergétique, généralement invisible, mais réelle, composée de forces vitales que l'on peut également appeler énergies subtiles.

pogg_corps_subtil_3Colette Poggi yoga

Désirez-vous vous familiariser avec ces notions passsionnantes mais malgré tout occultées par nos sociétés "modernes" ?  Réponse dans cette table ronde de 52 minutes, animée par Michel Cazenave et enregistrée au Forum 104.