Les Eglises, à partir du Ve siècle, ont mis en place la tradition des Saintes-Huiles dans une optique de voie sacramentelle. Tous les sacrements de la vie spirituelle du chrétien requièrent à certains moments du rite l’usage de ces précieuses et saintes Huiles ( Huile des catéchumènes, Huile des malades, Saint-Chrême). L’huile végétale d’olive fut le conducteur traditionnel et le marqueur visible de l’action invisible de l’Esprit-Saint sur le corps des récipiendaires. Progressivement les huiles essentielles furent adjointes au substratum huileux pour leurs vertus odorantes et thérapeutiques.
Au XXe siècle le Père Henri Hillion, chrétien celte, eut l’idée de proposer une ouverture et un élargissement du chemin hautement réservé et sanctifié de l’onction.
pelard_huiles_onctions_1pelard_huiles_onctions_2
Ainsi naquirent les Huiles odorantes pour onction, espace neuf situé à l’épicentre du mariage entre les onctions sacramentelles et les huiles thérapeutiques. Cet essai de diffusion du principe christ par un médiateur huileux est toujours en cours, étayé par les progrès récents de l’aromathérapie et la disponibilité des matières végétales. "Il est bien que ces huiles bénites parlent du Christ à tout notre être, afin de mettre le sacré à la portée de nos souffrances, sans jugement ni critère confessionnel. Le sacrifice n’est jamais vain, la compassion, elle, infinie !" nous dit Cyrille Pelard.

Oindre les corps et les cœurs de senteurs christiques et naturelles, voilà une des missions de ce christianisme celte épris d’amour de la nature et riche de liberté spirituelle. Tout en proposant un sens élargi et donc universel du « Oint-Christ », il nous invite à nous baptiser de ce feu et cette lumière contenus à l’état latent dans les matières oléifères.