Et si, justement, nos anciens avaient encore beaucoup à nous apporter, à nous modernes ?

Telle est la proposition d’Howard Crowhurst dans cet entretien passionnant réalisé avec notre partenaire, Salamandre TV.

Quadrivium Quadrivium

Loin d’une vision techniciste et séparatiste des différentes sciences (pansophie avez-vous dit ?), Howard Crowhurst va tout d’abord nous démontrer pourquoi, selon lui, le Quadrivium plonge ses origines dans un passé beaucoup plus ancien que Pythagore, à savoir la préhistoire. En se basant sur de nombreux exemples, parmi lesquels figurent les fresques de la Grotte de Lascaux (en -18.000 av. J.-C., cf. les travaux de Chantal Jègues-Wolkiewiez), le Disque de Lannec er Gadouer (-5.000 av. J.-C.). Pythagore lui-même n’a-t-il pas étudié pendant douze ans à Memphis en Egypte ?

Que sait-on de ce qu’il y a appris ?

Nous relier à une intelligence supérieure

Aux antipodes d’une approche stérile de ces sciences, Howard Crowhurst nous les dépeint comme des vecteurs initiatiques ; un terme qu’il faut comprendre comme une modification profonde de l’êtreté d’une personne. Premièrement l’homme doit tout d’abord observer son environnement et ses proportions (les Nombres). Dans un deuxième temps, l’homme doit considérer l’univers dans ses principes harmoniques. De la compréhension de ces principes harmoniques découle la Connaissance. Pour Howard :

Au commencement était le Verbe, mais avant le Verbe il y avait les Nombres !

Ainsi, l’observation de l’espace nous conduit à la Géométrie. Celle du Temps, à la Musique. Et si l’on combine l’étude de l’Espace et du Temps, on obtient l’Astronomie… Tout découle donc des Nombres, d’où de nombreuses considérations philosophiques, et même métaphysiques, sur les mathématiques, le Zéro, le Douze, le Treize (lunaire), l’étude des cycles etc….
Un échange passionnant, mené par Maxence Layet, qui vous fera regretter d’avoir somnolé pendant les cours de géométrie de 5ème….. Mais mieux vaut tard que jamais !