Par la révocation de l'Edit de Nantes le 18 octobre 1685, Louis XIV signifie qu'il n’y a plus de religions autorisées en France en dehors de la religion catholique. La persécution de la minorité protestante commence. Des milliers de personnes, les pasteurs en particulier, sont ainsi condamnées à la clandestinité ou à l'exil. Face à une telle répression, une recherche de nouveaux repères va faire émerger un étrange phénomène : le prophétisme. Des laïcs, d'abord prédicants puis prophètes, prennent la relève des pasteurs exilés. Ils considèrent que la "ruine de Babylone" (la fin de l'Eglise catholique) est proche, prophétie nourrie des réflexions du théologien calviniste Pierre Jurieu qui avait prédit que le calvinisme serait rétabli en France dès 1689. Il se trompera. 
halb_propheties_1halb_propheties_2
Phénomène analogue dans la péninsule ibérique. L'Inquisition espagnole contraint les juifs à se convertir au christianisme sous peine de mort ou d'exil. Beaucoup d'entre eux choisiront de rester juifs mais clandestinement. Ils seront connus sous le nom de marranes. Certains s'exileront, notamment en Hollande. L'une des grandes figures du judaïsme d'Amsterdam issue de cette diaspora fut Ménasseh Ben Israël. Talmudiste, kabbaliste, imprimeur, éditeur, il s'attacha à "rejudaïser" les juifs clandestins venus de la péninsule ibérique. Il demandera à Cromwell le droit pour les juifs de retourner en Angleterre convaincu que ceux-ci devaient réintégrer les pays dont ils avaient été chassés. Il échouera lui aussi.  
halb_propheties_3halb_propheties_4
Dans cette table ronde animée par Jacques Halbronn , les historiens Hubert Bost , spécialiste du monde protestant au XVIIe et XVIIIe siècles et Daniel Lindenberg , professeur, écrivain spécialiste du marranisme vont aborder les rapports entre  politique, religions et prophéties… et nous spécifier les rôles respectifs tenus par les juifs et les protestants dans ce siècle de nouveau prophétisme.
Une table ronde de 50 minutes filmées au Forum 104.