Daniela Boccassini entre ici dans le détail de ce que représentent "les yeux" et "le cœur" pour le Pèlerin en quête "d’images de bien véritables" : les yeux sont ceux de la représentation par les images, le cœur, lui, par la rectification de cet imaginaire, voit la "vision nouvelle" qui mène à la "vie nouvelle".
bocc_dante_duerer1bocc_dante_duerer2Le parcours alchimique qui mène de l’un à l’autre, court-circuitant le Logos, est décrit dans le voyage du héros, et plus particulièrement dans ses rêves. Des rêves dans une fiction : c’est là ce qui va combler le désir du mystique de « cerner la réalité dans sa dimension vraie » ! 
Il lui faudra pour cela s’interroger sur la Connaissance, sa nature, sa modalité et son but. Opérer un retournement du regard de l’extérieur vers l’intérieur, établir des correspondances "permettant aux différents niveaux du réel de se convertir les uns dans les autres" (Mircea Eliade). Reconnaître que tout n’est qu’images de la conscience, et cependant distinguer celles qui sont fausses de celles qui sont authentiques. Rencontrer des archétypes, souffrir l’angoisse du Moi confronté à une série de morts initiatiques, résoudre la dualité, vivre enfin l’Epreuve du Feu. Alors il sera "la vision, le vu, et le voyant".
Êtes-vous prêts à suivre Daniela Boccassini dans ce périple de 45 mn, où les appels de Béatrice, le grand amour de Dante, se mêlent aux enseignements de Virgile et au chant des sirènes ?  Eléments de réponse dans cette communication enregistrée à l’Ecole Normale Supérieure dans le cadre de la 8 ème journée Henry Corbin