Aleph, la première lettre, représente le Un, l'Unique, elle est l'expression simple de la divinité, contenant tout et dont tout découle. Aleph est le commencement du commencement. Dans son trait il est à la fois séparation et réunification, c’est cette métaphore qui fait dire à Frank Lalou que « le judaïsme est moniste et dualiste à la fois ».

Incapable de comprendre le Un, l’homme pense à partir du deux, incarné par la lettre beth. En hébreu, beth  veut dire maison, le fondement du monde manifesté. Ce monde nous est rendu compréhensible grâce à l’interaction d'éléments opposés : toute chose a son contraire et tout ce qui semble antagoniste est en réalité relié. Beth représente donc l'équilibre du monde, ce même monde propice à l’action, oraison et manifestation du Un...

Frank Lalou par une étude à la fois physique, symbolique et philosophique de la lettre beth nous emmène dans une réflexion sur le devenir de l’homme et son incommensurable nostalgie de l’unité…. 
Un exposé « performance » de 36 minutes filmé au Forum 104 et qui sera prolongé  par les lettres suivantes.