parisse theatre mystique 1parisse theatre mystique 2

Le souffle de l’esprit peut-il s’enfermer dans une chapelle ?

La première erreur consiste à rattacher la mystique à un cadre religieux. Cette approche, même si elle se vérifie quand on considère l’histoire, ne colle plus du tout avec la vision élargie, contemporaine, fruit des nouvelles sciences telle que la psychanalyse ou la physique quantique. Etre mystique de nos jours, c’est-à-dire expérimenter ce franchissement "au-delà du sensible" peut prend des formes plurielles, laïques ou religieuses : ce qui fut la règle autrefois est désormais devenu exception. Ce soucis d’objectivité fait souvent défaut aux commentateurs actuels, pensons-nous utile de rappeler.

parisse theatre mystique 3parisse theatre mystique 4

Un exemple de cette incompréhension persistante : les écrits de Jean de la Croix n’intéressent ni les philosophes, ni les théologiens.

La seconde erreur, selon nous, c’est de présenter la mystique sous le sceau d’une grande radicalité. Derrière le mot valise d’ "absolu" ou de "transcendance", sent-on bien souvent poindre une grande colère, une désincarnation pathologique comparable à une névrose. Dans ces cas, l’amour, la bienveillance sont alors bien souvent occultées, pire, elles sont feintes !
Pour toutes ces raisons, il semblerait que la question de la mystique n’ait pas encore trouvée une place en France, tant sur un plan anthropologique, artistique, qu’universitaire….
Devons-nous rappeler, pourtant, que cinq générations se sont écoulées depuis la séparation entre l’Eglise et l’Etat ?
Une situation d’arrière-garde, honteuse, que la chercheuse Lydie Parisse étudie avec dévouement et talent. Son souhait : spécifier la mystique comme "objet d’étude" et ainsi la légitimer, notamment à travers l’expression théâtrale.
Un théâtre envisagé ici sous un angle hautement initiatique, "un creuset reliant l’instant à l’universel" et où ses lignes de forces sont comparées à celles de la liturgie: l’ouïe et la vue.

Deux de nos cinq sens, mis à contribution ici pour une même alchimie ?

Eléments de réponses de Lydie Parisse, Michel Cazenave, Marco Baschera, Amador Vega, Ghislain Waterlot et Patrick Marot lors de cet échange improvisé et enregistré à l’Université du Mirail à Toulouse.