A la question "suis-je fou ?" : tout est une question de norme.

evra paranormal1evra paranormal2

"Définir ce qu’est la réalité et le rapport qu’on entretient avec celle-ci est toujours un problème pour un Psy" nous-dit Renaud Evrard, psychologue clinicien. En effet, définir, c’est finir, or quoi de plus indéfinissable, quoi de plus incirconscriptible que la psyché humaine …  ?Et donc de foisonnant.

La psyché demeure encore de nos jours un mystère insondable…

Et ce mystère donne, selon nous, du Sel à la Vie! 
"Trop systématiquement, les psychiatres se réfugient derrière des généralités et nomment psychopathologie tout surgissement de ces phénomènes irrationnels, ils masquent ainsi leur impuissance à diagnostiquer les origines de ces troubles… D’un autre côté les patients interprètent trop souvent ces manifestations selon leur propre subjectivité en les colorant de spiritualité" nous-dit Renaud Evrard.

evra paranormal3evra paranormal4

"Sujets psychotiques" et "psychiatre" : un dialogue de sourd ?

Une lourde biographie, un penchant pour l’occultisme difficile à assumer (peut-on d’ailleurs comprendre les forces occultes quand on a l’occasion de les côtoyer ? Nous sommes d’avis que ce n’est pas possible et même à proscrire - ndlr) ou bien une quête spirituelle partant tout azimut : là réside souvent l’ultime refuge de ces patients, perdus, silencieux, qui ne savent plus à quel Saint se vouer.
Des proies faciles pour les marchands du temple comme toute époque a toujours connu.
Dans cet entretien, Renaud Evrard, qui se déclare comme agnostique et zététicien (celui qui aime la recherche avant tout) tente de définir le modèle d’un possible "outil diagnostic": éviter un discours surpathologisant et culpabilisant , cela en vue de calmer les angoisses, abolir les souffrances.
Ce qu’il propose: tenter d’objectiver ces phénomènes irrationnels.... 
Nos médecins ont rejeté l’hypnose pendant près d’un siècle pour finalement l’accepter : la transe ou la parapsychologie s’annoncent-elles donc comme le remède du XXIème siècle ?
Eléments de réponse de Renaud Evrard, interrogé ici par Jean Solis.

* à moins de considérer que 30% à 50% de la population mondiale est psychotique