Le couple Isis / Osiris nous permet de reformuler la problématique du binaire féminin / masculin car Isis représente une potentialité créatrice précédent la Création elle-même. Comme telle, elle constitue aussi pour une bonne part l’Eros trop souvent défini comme strictement masculin. Ce couple divin évoque une dualité auparavant "une" en Atoum, dieu androgyne qui crée l’Univers par auto-érotisme, ce qui souligne que cette différenciation est faite pour être de nouveau réunie.

Les temps sont-ils venus pour que, dans les sociétés les plus avancées, la conjonction se fasse enfin entre les deux énergies, isiaque et osirienne, en chaque individu des deux sexes, afin de provoquer l’avènement d’une nouvelle humanité ?

Cette hiérogamie alchimique et symbolique (union des opposés): une condition préalable pour cette nouvelle ère ?

Les "religions du Livre" ont trop longtemps occulté cette complémentarité, que Jung redéfinit dans l’animus / anima, mais que l’Egypte ancienne connaissait, laquelle appelle l’objectif d’un progrès humain fondamental : une conjonction pacificatrice du masculin et du féminin, à l’image du yin et du yang taoïste….