Les commentaires se succèdent pour défendre les séries télévisées (en particulier "Lost"), support d’un imaginaire initiatique, et qui ont remplacé la lecture des grands romans, et pour témoigner que le cinéma élargit la vision du monde et permet de dépasser l’intellect pour se perdre dans l’image.
Les intervenants pratiquent l’art du paradoxe à l’instar des oeuvres qu’ils analysent. Ils explicitent tous les termes qu’ils emploient, ce qui rend l’entretien attractif et vivant… et non dénué d’humour, désamorçant ainsi ce qui pourrait apparaître comme un discours "sérieux".

caze cinema1caze cinema2
Selon les films décrits, ils parlent de gnose, d’alchimie, de fascination pour les super héros, d’illusion du monde, de théosophie… Bref, la densité du propos est là pour affirmer que le cinéma est peut-être "l’art" le plus spirituel de notre époque.
Ce qui est ici exprimé – et démontré – c’est que le cinéma peut nous apprendre à devenir acteur, spectateur et réalisateur de notre propre vie. Rêve éveillé ? Réalité autre ? Le cinéma nous place à la rencontre de l’immanence et de la transcendance, rendant visible l’invisible, et nous menant dans le labyrinthe de notre moi, au-delà du temps et de l’espace…

Souhaitez-vous comprendre dans quelle mesure ces images animées permettent d’approcher ce monde de l’ame (animation-> anima ?) ou bien encore élucider la raison pourlaquelle image est anagramme de magie ?

caze cinema3

caze cinema4

 

 

 

 

 

Eléments de réponses de Stéphane Grobost, Pacôme Thiellement et Michel Cazenave dans cette table-ronde de 51 minutes enregistrée au Forum 104.