Pour Marie-Laure Colonna (analyste jungienne), Michel Cazenave (philosophe) et David Lucas (philosophe), cette réinterprétation  de la Genèse nous renvoit à l’idée que Dieu étant au-delà de tout, incompréhensible et inconnaissable : il n’est perceptible que par ses énergies.
colo_sophia1colo_sophia2 
Ces "energaïa" seraient le reflet de la Sophia (cf l’intervention de Bertrand Vergely)  et nous ne pourrions les percevoir que par l’étude de la nature qui serait loin d’être inanimée (littéralement « sans âme ») mais bien un reflet de la lumière du principe premier (Paracelse) . 
colo_sophia3colo_sophia4
Figure de rédemption, du salut par la Connaissance, la Sophia représenterait une convocation intérieure, gnostique et féminine à la Sagesse. Pour nos intervenants, elle serait "une façon d’habiter  le monde qui intégrerait un au-delà du monde". En terme plus compréhensible : une façon "ouverte" d’appréhender le monde (Yin, intuitive, féminine,  non discursive et non séparatiste) à contrario d’un mode "fermé" (Yang, dialectique, masculin  et séparatiste)…. qui nous devons le constater, le regretter et le déplorer: après avoir contaminé le monde occidental tend à gangréner le reste du monde….
Souhaitez-vous découvrir ce qu'est la Sophia ? Réponse de nos intervenants dans cette table-ronde de 58 minutes enregistrée au Forum 104.