Cet Inconscient est-il comparable à ce que les ésotéristes nomment « la fine pointe de l’âme » et le chemin initiatique que propose la Franc-maçonnerie permet-il, lui aussi, de s’en approcher ? Pour répondre à cette question, nous avons réuni Marie-Hélène Gonnin (psychanalyste freudienne) et Jacques Fontaine (franc-maçon, auteur de nombreux ouvrages, parus notamment chez Detrad autour de Daniel Videlier, dans ce troisième et dernier opus consacré à ce sujet.
« Affiner son sens de l’observation, traverser le masque, rire de soi-même, la lucidité, la lumière, la dualité, l’initiation, l’attitude » sont autant de thèmes qui vont être débattus. Si pour Marie-Hélène Gonnin, le franc-maçon s’engonce dans une « hyper-moralité », un socle rigide où domine la raison-raisonnante, et où l’humour est totalement absent (caractéristique des personnalités de type obsessionnelle ?)…
font_3_hiram_freud1font_3_hiram_freud2
Jacques Fontaine, au contraire, en appelle à un sursaut de la franc-maçonnerie : sursaut dans lequel l’intuition, l’émotion et l’humilité seraient remis à l’ordre du jour. Cette « franc-maçonnerie libérative » comme il l’appelle de ses vœux serait pour lui la seule capable de perpétrer ses idéaux initiaux: promouvoir la libération de l’être et de la société….. vaste challenge pour notre société française où « fréquenter un psy » reste encore l’apanage des « malades » et où entrer en franc-maçonnerie demeure encore « un tabou »… c’est dire si le chemin à parcourir est encore long.

Pensez-vous que la franc-maçonnerie doit s’émanciper de son carcan tout « dix-huitièmiste » (1717) basé sur la morale et l’humanisme et qu’elle doit s’ouvrir aux sciences humaines comme la psychanalyse (1896) ? Car comme l’affirme Jacques Fontaine « pour un franc-maçon, une lecture psychanalytique, lui permet de voir ce qui ne lui est pas visible … » ?
Réponse dans cette table ronde de 50 minutes filmée au Forum 104.