Tout processus de transformation s’enclenche dès lors que la conscience d’un "manque" s’installe. A ce moment précis du mythe, sur un plan symbolique, le "manque" de Narcisse, c’est sa soif. Narcisse se met donc en quête d’un point d’eau et découvre un lac. L’eau renvoie à nos émotions, aux liquides qui traversent le corps humain et modifient sa couleur. Si les kabbalistes la placent sur un plan intermédiaire, lunaire, situé entre la Beauté et le Royaume, Yésod, Luc Bigé sondera ce lac principalement sous l’angle du miroir, du reflet de nous-mêmes.

bige luc narcisse miroir 3 1bige luc narcisse miroir 3 2

Ce reflet porte-t-il la trace du lien qui unit monde extérieur et monde intérieur ?

"Le lac est le vrai miroir" écrivait Gaston Bachelard… Narcisse, en se contemplant à travers le reflet du lac, va réaliser que ce qu’il voit "en son extérieur", n’est autre que lui-même !
Donc pour Luc Bigé d’extrapoler sur un plan collectif : "comprendre que tout ce qui nous arrive est le reflet de nos plus intimes pensées, nous fait entrer dans la Connaissance de nous-même"…

Narcisse sort alors de sa narcose, de son endormissement... Le mythe se met en marche!

A travers la question ontologique de la connaissance de Soi, du reflet, et des apparences parfois trompeuses (identifications), souhaitez-vous comprendre ici comment et pourquoi "Narcisse dénoue l’amour fusionnel d’Echo puis l’amour victimaire d’Aménias" ?

Réponses ici de notre guide, dans ce troisième volet de l’analyse symbolique du mythe de Narcisse, toujours aussi passionnant !