La science, régie par le cerveau gauche, est le mode de compréhension privilégié de l'homme moderne. Pesant, classant, ordonnant, le monde-objet, elle est au fondement d'une pensée unique, avantageant l'espace et les particules, qui tend à atomiser sa lecture du monde. Or si elle tend à mesurer et à quantifier le monde, elle ne saurait tout expliquer. Partant de ce constat, Luc Bigé nous propose de nous ouvrir à d'autres voies de connaissance réintégrant le temps et le sens, régis par le cerveau droit. Appréhendant le monde non plus en termes de parties, mais de relations pour accéder au sens de celui-ci, il nous invite ainsi à "ré-unifier" notre pensée, gage de l'harmonie entre le monde et nous.