Le mot français "expérience", contient en allemand deux acceptions et donc deux traductions: avec d’une part la notion d’"Erfahrung"qui implique la présence d’un passeur, d’un apprentissage et donne lieu à "expérimentation". Et d’autre part, il existe le mot d’"Erlebnis"qui renvoit à l’expérience vécue, à une expérience intérieure, sans nécessairement une application pratique ou tangible. Fin XVIIIème, les hommes et femmes en quête de l’invisible, c’est-à-dire ceux et celles qui ne se contentent plus seulement de "croire" mais souhaitent faire "l’expérience de Dieu",

empruntèrent donc aléatoirement ces deux voies, distinctes mais complémentaires, avec d’une part un versant empirique, visant à rechercher et éprouver les Signatures de la Nature (alchimie, théurgie, et en particulier via le magnétisme animal développé à cette époque par Mesmer) ou d’autre part dans une approche plus intérieure, par la voie de la prière, d’une philosophie incarnée et la découverte de son Maître Intérieur. La Naturphilosophie allemande (Philosophie de la Nature) et la Théosophie (Sagesse Divine) appartiennent à ce deuxième courant, intérieur, et Louis-Claude de Saint-Martin représente incontestablement la figure de proue de cet élan en France.

louis claude saint_martin Dominique Clairembautlouis claude saint_martin Michel Cazenave

Loin de toutes institutions religieuses, et d’ailleurs fort critique à l’égard de toutes les églises constituées de murs de son époque (Mauerkirsche), Louis-Claude de Saint-Martin a témoigné – et non prophétisé – d’une expérience vécue (Erlebnis) exceptionnelle, invitant tout à chacun à une psychanalyse poussée à l’absolu : pour lui, l’interne pallie à tout et il peut être considéré comme vérité essentielle.

Entre son premier recueil philosophique "Des Erreurs et de la Vérité" paru en 1775 et "De l’Esprit des Choses", en 1800, souhaitez-vous approcher l’évolution de la pensée de cet homme hors du commun ?

Souhaitez-vous vous familiariser avec les notions philosophiques et théologiques complexes telles que "le retrait de Dieu": la Kénose pour les chrétiens ou le Tsimtsoum pour les kabbalistes ?

louis claude saint_martinlouis claude saint_martin Jean-Marc-Vivenza

Comment saisir cette métaphysique vertigineuse qui nous indique que "l’Absolu est obligé de sortir de lui-même afin de prendre connaissance de lui" et par cette sortie, il oblige les esprits rebelles à la résipiscence ?

Réponses de Jean-Marc-Vivenza, Dominique Clairembaut dans cette table ronde de 53 min et animée par Michel Cazenave.

Une invitation à la méditation "à la suite de Louis-Claude de Saint-Martin" et non en le suivant… filmée au Forum 104.