En 1782, l’Allemagne reconnut à Wilhelmsbad, la franc-maçonnerie dite « rectifiée » créée sous l’impulsion de Jean-Baptiste Willermoz. La même année sortait le nouveau recueil de Louis-Claude de Saint-Martin : « Le Tableau naturel des rapports qui unissent Dieu, l’homme et l’univers ». Les deux hommes se connaissent bien : en effet, sept années auparavant, Louis-Claude de Saint-Martin vivait à Lyon chez Jean-Baptiste Willermoz, pour y écrire « Des erreurs et de la vérité, ou les hommes rappelés au principe universel »….

La pensée de ces deux hommes d’exception s’est-elle pour autant entremêlée ? Quelles traces trouve-t-on de la pensée de Louis-Claude de Saint-Martin au sein de la doctrine Willermozienne : le Rite Ecossais Rectifié ?boud_rer_lcsm_1boud_rer_lcsm_2
Pour répondre à cette question, nous avons réuni autour de Thierry Boudignon :
Roger Dachez (historien) et Jean-Marc Vivenza (philosophe). Tous trois vont tenter de mettre en lumière les liens subtils qui unissent la pensée des deux hommes. Pour ce faire, ils devront remonter à la figure emblématique et néanmoins paternelle de Martines de Pasqually et son incontournable Traité de la Réintégration.
boud_rer_lcsm_3boud_rer_lcsm_4
Que contenait les «
Leçons de Lyon » et lequel des deux hommes a-t-il tenté d’opérer une christianisation de la pensée de Martines de Pasqually ?
Retrouve-t-on une filiation spirituelle entre de Pasqually, Saint-Martin et Willermoz ? Et si oui, quelle forme revêt-elle dans le rituel du Rite Ecossais Rectifié ?
Réponses de nos trois intervenants dans cette table ronde de 59 minutes enregistrée au Forum 104.